Chroniques des conseils municipaux du 30 juin 2017

Fin de la saison 2016-2017 : un vrai feu d’artifice(s).

Une ambiance plutôt bon enfant pour cette fin d’année scolaire de la classe du conseil municipal.

Jupiter n’a toujours pas sa photo accrochée au mur et je suis bien déçue.

Nous étions convoqués à 20 heures pour une séance extraordinaire (et elle le fut) consacrée à l’élection de suppléants pour les élections sénatoriales. Sans vous bassiner avec la complexité de ces élections, sachez que l’ensemble des membres du conseil sont automatiquement désignés comme grands électeurs et qu’en cas de malheur, nous désignons, par scrutin de liste à la proportionnelle à la plus forte moyenne, des suppléants. Si l’agonie est dûment constatée, ils et elles pourront monter dans le bus municipal le 24 septembre prochain pour voter à Nanterre, en préfecture. Ce vote est obligatoire pour les grands électeurs sous peine d’une amende de 100 euros.

A l’ouverture de ce conseil municipal, nous constatons un grand nombre d’absents dans la majorité municipale. Pas mal ont donné procuration, mais 7 conseillers ont totalement zappé la séance et n’ont donné aucun pouvoir (première fusée du feu d’artifice). Un peu comme on sèche les derniers cours en 3ème au collège. Certains arriveront juste après le vote, pendant le dépouillement, le maire tentant de nous convaincre de les faire voter (deuxième fusée). Ce qui évidemment n’est pas permis, mais la tentative mérite d’être soulignée.

Résultat : 28 votants, 22 pour la liste de la majorité municipale, 3 pour la liste EELV-PS, 3 blancs. 8 suppléants pour la majorité, 1 pour la liste EELV-PS.

Nous notons que notre collègue Vincent Delacour, absent, a donné sa procuration à Belkacem Belarbi, 2ème adjoint au maire. Je ne fais ici aucun commentaire désobligeant sur qui que ce soit, la vie politique est parfois faite de changements d’équipe. (troisième fusée).

Nous notons aussi la présence d’un public nombreux composé en grande partie de militants de la République En Marche, venus vérifier sur place que la majorité municipale avait bien intégré dans sa liste certains d’entre-eux (quatrième fusée). Le vote étant secret, je ne sais d’où viennent les 3 bulletins blancs, mais j’ai eu comme l’impression que l’intégration de LREM n’avait pas plu à tout le monde.

Nous enchaînons avec le second conseil.

Avant l’ouverture, j’avais demandé en off au maire s’il comptait honorer la mémoire de Simone Veil, disparue le jour même. Le maire me répondant qu’il avait prévu une minute de silence pour les victimes des attentats en Grande-Bretagne, je lui avais suggéré de faire d’une pierre deux coups.

Oubli, inconsistance politique ? Le maire n’a pas dit un mot sur Simone Veil (cinquième fusée), nous avons observé une minute de silence pour les attentats. J’ai tout de suite demandé le micro pour dire quelques mots au sujet de cette femme politique au parcours exemplaire, dans un silence que j’ai senti plutôt approbateur et un peu gêné.

Nous passons au compte administratif 2016 (comment vos sous ont été dépensés) sous la présidence de la première adjointe qui a toujours du mal à faire voter la bonne délibération (sixième fusée). Le public est béat devant les tableaux projetés au fond de la salle, mais complétement illisibles à cette distance.

Avec mes collègues socialistes, nous nous prononçons contre les augmentations tarifaires de différents services, augmentations qui ne nous semblent pas justifiées (septième fusée).

En revanche, nous approuvons de bon coeur la mise en place d’un pass culture-sports qui permettra aux CM1 et CM2 de bénéficier de 50 euros pour s’inscrire dans une association.

En fin de conseil, je pose une question sur l’extinction nocturne des bâtiments municipaux, des vitrines de magasins et des bureaux. (huitième fusée).

La perle du conseil est attribuée – entre autres – à Monsieur Detolle, conseiller délégué au personnel, qui renvoie sèchement son collègue de la majorité René Broutin dans ses cordes parce que celui-ci a osé posé une question sur l’apprentissage :  » C’est une question de commission, pas de conseil municipal et donc par principe je n’y réponds pas ».

 

Remonter