Orientations budgétaires 2019

Tout d’abord merci aux services de la ville pour l’élaboration du document d’orientations budgétaires qui comporte beaucoup d’informations et à M. Decoux pour sa présentation claire et soucieuse de pédagogie.

Je ne vais pas commenter finement l’ensemble des 86 pages reçues vendredi dernier en fin d’après-midi.

Nous vous l’avons dit en début de conseil : les conditions de préparation de cette séance n’ont pas été habituelles et nous le regrettons profondément parce que nous sommes attachés à travailler sérieusement nos dossiers.

La première observation sur ces orientations budgétaires, c’est tout simplement un énorme oubli. Celui des 33,898 millions d’euros issus de la vente de la SEMI qui ne sont retraçables nulle part. Vous allez m’opposer un argument de technique comptable selon lequel il n’est pas possible de les afficher. Sans doute. Mais les orientations budgétaires doivent, pour être sincères, retracer fidèlement les capacités financières de la ville. A cet égard, je vous renvoie au tableau page 55 concernant « les équilibres financiers de la prospective financière avec un volume d’investissement constant ». Ce tableau est une vue de l’esprit.

Nous avons toutes et tous compris que les presque 34 millions ont constitué une cagnotte qu’il vous sera aisé de dévoiler dans votre programme municipal.

En attendant, certains indicateurs sont faux.

Quelques observations supplémentaires :

Vous affichez un souhait de baisse des dépenses de fonctionnement pour privilégier l’investissement. La première partie de l’assertion est réelle, la seconde ne l’est pas.

En témoigne la stagnation des dépenses d’investissement réelles. Chaque année vous annoncez un montant de dépenses d’équipement en budget primitif qui, finalement, dans le compte administratif, est divisé par deux. Pour être claire : la ville réussit à dépenser bon an mal an 50% de ce que vous promettez d’investir. C’est un bel affichage au départ, à la fin, c’est moins bien.

Nous le disons depuis longtemps, il y a, sur certains sujets, urgence à agir. Je pense spécifiquement à la lutte contre le dérèglement climatique. Le plan pluriannuel d’investissement ne va pas assez loin et pas assez fort pour ce qui concerne les économies de ressources naturelles et d’énergie. Je pense également à l’accessibilité pour les personnes handicapées : nous avons les moyens d’accélérer beaucoup les chantiers et ne pas remettre à plus tard ce qui pourrait être amélioré demain.

Vous annoncez encore des études pour un bon nombre de projets comme seule réalisation concrète en 2019. Etudes qui je le rappelle ne sont jamais communiquées ni au conseil ni à la population.

Remonter