Subventions pour l’installation d’un équipement à énergie renouvelable

Intervention de Luc Blanchard

Deux remarques sur ces subventions. Tout d’abord, accorder une subvention de 800 € pour une pompe à chaleur de type eau/eau ne nous semble pas approprié. Si d’importants gisements de géothermie existent en IDF, le coût d’une installation de ce type, qui nécessite un forage, est trop important pour que la subvention soit incitative. La promotion de pompe à chaleur air/eau nous semblerait plus appropriée. Ensuite, il est proposé de subventionner des appareils indépendants de chauffage au bois et des chaudières biomasse individuelles. Cela va à l’encontre des préconisations de la DRIEE car ces types de chauffages produisent des particules dangereuses. Pour Airparif, le chauffage au bois émet 20 % des PM10 de la région et 30 % des PM 2,5 les plus dangereuses.

Par ailleurs, la région Ile-de-France produit dix fois moins de bois de chauffage qu’elle n’en consomme. J’avais promis en commission de donner quelques chiffres, les voilà :

La forêt francilienne représente environ 23 % de la surface régionale. Elle est constituée de
177 000 ha de forêts privées possédées par 150 000 propriétaires (c’est dire le morcellement) et
86 000 ha de forêts publiques (domaniales, régionales et communales), soit une évaluation de
44, 3 millions de m3 de bois sur pied
. Son accroissement biologique annuel est de 1,2 million de m3, il baisse continuellement depuis 10 ans.

La récolte annuelle de bois en 2016 est de 742 000 m3, dont seulement 381 000 m3 sont commercialisés…la différence étant auto-consommée par les propriétaires. La répartition est la suivante : 130 000 m3 de bois d’œuvre et 612 000 m3 de bois industrie (papeterie, carton…) et énergie. Il y a 800 000 ménages franciliens qui utilisent le bois énergie, dont 200 000 pour quelques flambées d’agrément, et les autres comme chauffage principal.

La consommation de bois bûche pour le chauffage individuel en IdF est de 1,5 million de m3… à laquelle il faut ajouter la consommation des 100 centrales de chauffe industrielle au bois en IdF, soit environ1,5 million de m3. Au total, notre région consomme 4 fois plus de bois qu’elle n’en produit et près de 10 fois pour le chauffage. A titre d’exemple, la centrale COCU de Saint Ouen consomme 150 000 tonnes de bouchons de bois importés des Etats Unis, qui arrivent à Rotterdam et sont convoyés à Saint Ouen par la route essentiellement. Inutile de dire que le bilan écologique global est très mauvais.

Je rappelle que le bois n’est pas une énergie renouvelable comme les autres… car son temps de renouvellement est très lent… et donc les émissions de gaz à effet de serre sont produites dès la combustion et mettent 80 à 100 ans pour être récupérées. Enfin, le GIEC vient de demander d’accroître la forêt mondiale de 1 à 3 milliards d’hectares… pour mieux capter le CO2, ce n’est donc vraiment pas le moment de faire la promotion de ce type de chauffage.

Pour ces raisons et parce que cette délibération comporte par ailleurs des dispositifs utiles, notre groupe s’abstiendra sur ce vote.

……………………………………………………………

Commentaire du maire : Je ne suis pas expert en énergie, je fais confiance à l’ADEME.

Un commentaire pour “Subventions pour l’installation d’un équipement à énergie renouvelable”

  1. […] des toitures de maisons sévriennes, en complément de celles de GPSO. Par contre, Luc explique pourquoi nous nous abstenons sur les subventions en faveur des énergies renouvelables. L’information importante sur ces points : c’est justement le manque d’infos et le […]

Remonter