Budget 2018

 

Je tiens à remercier comme chaque fois les services de la ville pour le travail effectué dans le cadre de la préparation de ce budget 2018. Je souligne que pour la seconde année consécutive, et c’est une bonne chose pour la lisibilité, les résultats du budget précédent sont intégrés à un budget primitif. Le travail des services a été rendu plus complexe par la transcription dans les documents de la recette de la vente de la SEMI. Cette complexité est aussi la nôtre pour lire ce que sera exactement la vérité de ce budget 2018. J’y reviendrai.
En fonctionnement, rien ne change ou presque : les collectivités territoriales continuent de subir une recentralisation et une perte d’autonomie croissante, je l’ai déploré déjà depuis de nombreuses années et pas plus tard que lors de notre débat d’orientations budgétaires, je n’y reviens donc pas. En dépenses, vous poursuivez une politique dite de maîtrise. Ce terme ne s’applique cependant pas à toutes les dépenses, puisque nous constatons par exemple une augmentation des dépenses énergétiques, mais aussi une augmentation des rémunérations pour des interventions extérieures. A l’inverse, la ligne rémunération principale des agents de la ville est en diminution.

Pour ce qui est de l’investissement. Si vous me permettez, je vais mettre de côté les lignes que je qualifie de fictives dans le budget 2018. Les règles de la comptabilité publique obligent à un affichage de l’ensemble des recettes existantes dans le projet de budget et implique donc qu’on inscrive en regard des dépenses même si celles-ci ne seront pas effectuées au cours de l’exercice. Je pense ici par exemple aux 20 millions pour l’opération centre-ville, dont nul ne sait, en tout cas pas moi, combien seront réellement dépensés cette année. Idem pour les plus de 5 millions sur la ligne acquisitions immobilières dont je me suis inquiétée en commission finances.
Écartons donc ces lignes pour l’instant et penchons-nous sur les projets que vous avez bien voulu porter plus ou moins à notre connaissance. Pour la première année, je m’étonne qu’on ne nous ait pas communiqué une liste des travaux d’entretien par équipement. Vous affichiez l’an passé un programme d’investissement courant pour les bâtiments communaux de 2,7 millions d’euros. Cette année nous passons à 1,9 millions. Le niveau de réalisation de cette ligne, nous le voyons au compte administratif, avoisine les 50% chaque année. On peut donc escompter, en étant optimiste, que sera réellement dépensé 1 million d’euros pour entretenir nos écoles, nos crèches et autres équipements municipaux. Concernant l’accessibilité des équipements, le conseil a voté en 2015 un agenda d’un montant d’environ 1,6 million d’euros sur 6 ans. Il est assez compliqué de retrouver ce qui a été réalisé, mais l’inscription de la moitié de cette somme au budget de cette année – si elle témoigne de votre souhait d’accélérer les choses- met aussi en lumière le fait que sans doute beaucoup de retard a été pris depuis 2015.
Depuis votre élection, vous dites vouloir prioriser l’investissement. Or, il suffit de regarder la variation du fonds de compensation de la TVA qui permet un remboursement d’une partie des investissements réalisés pour se rendre compte que celui-ci est en baisse, alors même que son taux a été augmenté. Cette baisse témoigne donc d’une baisse dans les investissements.
Je le dis à nouveau, je pense que cet investissement n’est pas à la hauteur et que si la ville n’arrive pas à dépenser ce qu’elle affiche au budget primitif, c’est en grande partie parce que vous ne souhaitez pas renforcer les effectifs municipaux qui en sont chargés. Nous le verrons tout à l’heure, nous allons passer de plus en plus par la SPL et de fait de moins en moins maîtriser les projets.
J’en viens au plan pluriannuel d’investissement. Son établissement permet une vision à moyen et long terme des projets que vous souhaiter mener. Votre choix se porte sur la mobilisation d’une grande partie du résultat de la vente de la Semi pour l’opération centre-ville. Je ne suis pas convaincue que cette option budgétaire de geler en quelque sorte une telle somme soit la bonne pour une opération qui prendra une dizaine d’années. Et qui sans doute aurait pu passer par une part plus importante d’emprunts futurs.
En dehors du centre-ville, vous proposez d’autres projets qui pour certains d’entre eux soulèvent des interrogations auxquelles pour l’instant aucune réponse n’a été donnée. J’ai par exemple demandé pourquoi l’achat des droits de réservation de logement sociaux était étalé dans le temps et pourquoi nous ne les achetions pas dans un temps resserré, je n’ai pas eu de réponses. Je ne sais pas non plus où vous comptez implanter un nouveau skate park et j’avoue être étonnée par certains coûts annoncés comme par exemple 350.000 euros pour la création d’une aire de jeux à Saint Cloud. Pour finir, même si je conçois que l’exercice de l’établissement d’un plan pluriannuel d’investissement n’est pas facile, j’ai tout de même l’impression d’une part d’un manque de précisions dans la plupart des projets et d’autre part d’un affichage qui ressemble à un saupoudrage.

Je vous remercie de votre attention.

Remonter