Chroniques du conseil municipal du 30 mars 2017

Deux conseils dans le même mois, nous frisons le stakhanovisme que certains n’ont pu supporter : pas mal d’absents à peine excusés. Il s’agit pourtant d’un petit conseil qui sera bouclé en 2 heures.

Pour la première fois de son histoire, le conseil municipal adopte une intégration anticipée des résultats du budget N-1. Un peu de pédagogie : jusqu’ici nous votions un budget primitif (obligatoirement avant le 31 mars) avant de connaître les excédents de l’année précédente, retracés dans le compte administratif (voté avant le 30 juin). Depuis des années, je souligne l’insincérité du budget primitif et la nécessité de prendre en compte les résultats de l’année précédente. En effet, la majorité avait toujours connaissance des excédents mais pas l’opposition. On nous jouait donc l’acte 1 : « l’année va être terrible, il faut augmenter les impôts sinon on ne bouclera pas l’exercice », avec sa variante « l’Etat nous spolie, il faut économiser ». Puis trois mois plus tard, l’acte 2 « Regardez comme nous avons bien travaillé l’an dernier, voilà les bénéfices ». On intégrait donc la cagnotte toujours surprise avec grand bonheur et feint soulagement. Et puis, on terminait l’année avec un budget supplémentaire permettant de lancer fictivement certains chantiers.

Je vote donc le principe de l’intégration anticipée, mais me prononce contre la répartition proposée (c’est le résultat d’un budget que je n’ai pas approuvé).

Nous passons ensuite au budget primitif de l’année 2017. Dans la continuité des budgets précédents de cette municipalité….Toujours rien sur les économies d’énergie, d’eau….

Je fais part de l’inquiétude des parents d’élève concernant le service de ramassage scolaire qui me semble d’une qualité parfois discutable. On me répond qu’il faut rassurer et qu’aucun circuit ne sera supprimé.

Je refuse de voter en faveur de la diminution de 50 euros accordés aux professionnels pour la brocante de Sèvres. Je souligne que la municipalité est bien généreuse avec les professionnels alors que, par ailleurs, elle n’hésite pas une seconde à augmenter les tarifs municipaux pour les familles sévriennes.

La perle du conseil est attribué au maire qui déclare avoir créé le circuit de ramassage scolaire de Danton. dans le droit fil du numéro du Sévrien de ce mois d’avril dans lequel l’équipe municipale semble avoir par exemple augmenté à elle toute seule la fréquentation des transports en commun, distribué des tablettes numériques au collège….

Remonter